Les Déformations Crâniennes :

Les déformations crâniennes artificielles sont bien connues. Il existe divers procédés permettant de déformer un crâne : planchettes, liens ou encore, utilisation du berceau. Il existe deux grands types de déformations crâniennes : l’allongement de la boite crânienne, soit vers l’arrière, soit vers le haut. Pour cela, on utilise deux techniques : l’aplatissement frontal (planchette appuyant sur le front) ou la pression circulaire (bandeau enserrant le crâne au niveau des oreilles). L’aplatissement de la boite crânienne (provoquant un agrandissement du crâne en largeur). Ce deuxième type est moins répandu.

L’opération s’effectue dès la naissance et cette coutume est appliquée tant aux hommes qu’aux femmes.

Les Egyptiens semblaient influencés par cette mode et les Pharaons sont souvent représentés avec des crânes volontairement déformés.

En Amérique du Nord, on l’a trouvé chez les “Têtes Plates” (Confédération des tribus Salish et Kootenai).

En Amérique centrale, cette pratique est attestée chez les Mayas et en Amérique du Sud, on trouve quelques spécimens de crânes allongés provenant du Pérou.

Les déformations étaient le plus souvent provoquées par des berceaux transformés en appareil déformant ou par des planchettes.

Sur le continent eurasiatique, on utilisait surtout des liens et des bandages. Ils étaient noués autour de la tête de l’enfant dès son plus jeune âge.

En 1867, en Hongrie, lors de l’éboulement de la rive de la rivière “Tiszaé”, un pêcheur découvrit une série de crânes déformés. Ils provenaient de sépultures dont le contenu rappelait des objets funéraires caractéristiques des Gépides, ce peuple dont le royaume se trouvait à la frontière nord de l’empire romain, aux Vème et VIème siècles et qui eurent des contacts avec les Huns.

Même en France, on trouve cette pratique, nommée : les ‘déformations toulousaines’ Les premières traces iconographiques de ses ‘déformations toulousaines’ remontent au XIVème siècle. Au début marginal, cette pratique se généralise peu à peu pour toucher au XIXème siècle toutes les catégories sociales. Malheureusement, on n’a pas retrouvé les raisons de cette pratique.

Les Déformations Crâniennes chez les “Peuples Cavaliers” :

Hérodote et Strabon faisaient déjà état de cette pratique dans les régions situées le long du Danube.

Cette pratique est attestée chez les Sarmates. On a retrouvé, à Klin-Iar (Russie) la tombe d’une femme Sarmate dont le crâne avait été artificiellement déformé (Vème-VIème siècle après J-C).

On pense que cette pratique est venue d’Asie centrale et du Moyen Orient ou elle était présente précédemment.

Des IIème siècles à l’IVème, 80 % des crânes retrouvés dans les tombes Sarmates sont déformés.

A cette époque, cette coutume ‘Alano Sarmate’ influence également les Germains qui l’appliquent à leur tour (les Ostrogoths, par exemple).

Des sources historiques mentionnent des crânes déformés artificiellement chez les Huns.

Cette déformation était obtenue au moyen de planches et de bandages appliqués déjà aux nouveaux nés. Ce traitement pouvait durer jusqu’à l’âge de vingt ans.

Chez les Hephtalites, le portrait d’un homme au crane déformé sur une pièce de monnaie en prouverait également l’usage.

Les Alains du Caucase garderons cette pratique jusqu’au Moyen Age.

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean